Faut déjà y retourner?

Publié le par Poulpy

Lundi matin à 8h20 je retrouve ma classe. Dire que j’ai hâte serait mentir. Enfin si, hâte d’être au soir pour me dire qu’une nouvelle journée se sera écoulée, une journée qui me rapproche de la délivrance. Qu’on se le dise, plutôt crever que de suivre mes élèves l’an prochain, je garde mon niveau si je peux, sinon, n’importe quoi d’autre mais pas les CM1. Et je me console en me disant que les élèves les plus pénibles ont tous déjà été maintenus, ils passent donc à l’ancienneté dans la classe supérieure malgré un niveau déplorable et un poil dans la main de la taille d’un baobab.

« Non mais mon frère il m’a dit que si on a déjà redoublé, on peut plus jamais redoubler, donc je vais aller en 6ème, j’ai pas besoin de travailler. » En effet, ton frère a raison, même si tu ne sais toujours pas tes tables, ni comment poser une multiplication, que tu ignores comment trouver le verbe dans une phrase simple, que tu ne fais pas la différence entre le présent, le futur ou l'imparfait, que tu ne sais toujours pas ce qu’est un adjectif ou à quoi il sert, que tu te fiches de savoir saluer en anglais, ou que tu ignores ce que veut dire « germer » (ben si, c’est quand on dégueule, mais c’est mal écrit, c’est gerBer maitresse, mais je comprends pas, ça gerbe pas une plante !), que tu refuses de faire un exercice si je ne t’envoie pas chez le directeur avec ton cahier, effectivement tu iras en 6ème. Ou en SEGPA, commence à te faire à cette idée.

Enfin je préfère ce gamin-là au psychopathe qui s’amuse joyeusement avec des allumettes et des bougies d’anniversaire dans les toilettes. Ou qui essaye de planter (toujours joyeusement) un crayon dans l’œil d’un camarade. Tant de malveillance dans un si petit corps, ça me dépasse. Et ça m’use d’essayer de deviner quel coup tordu il va m’inventer encore histoire de tester des limites qui n’existent visiblement pas chez lui (en même temps, un gamin qui traite sa mère de pute à 8 ans et qui ne se prend pas une baffe, c’est normal qu’il cherche encore les limites).

Lundi à 8h35 je serai enfermée dans un bus avec 26 élèves. On va au Louvre. J’appréhende un peu la journée. D’ailleurs plus ça va et moins bien je dors la nuit, avec la reprise qui approche.

Publié dans Poulpy à l'école

Commenter cet article

Zizanie 05/03/2011 23:05



Alors je préfèrerais mille fois confier mes futurs (très) éventuels gamins à Poulpy, qui au moins réfléchit sur ce qu'elle fait, qu'à une autre instit débutante, qui ne se poserait pas de
questions. Parce qu'elle ferait les mêmes conneries, ou d'autres. Comme je l'ai dit plus haut, la pédagogie n'est pas innée. Il faut bien commencer quelque part pour apprendre.



faribole 03/03/2011 20:09



Je viens de lire beaucoup de pages de ce blog


Il me parait urgent que vous cessiez cette activité. Vraiment.


Pour vous, votre famille, et les enfants que vous accompagnez


Je précise que je suis totalement incapable d'exercer cette noble profession.


Démissionnez.


 



Poulpy 05/03/2011 21:34



Premièrement, ceci est un défouloir. Qui me permet donc d'exorciser certaines choses qui me pèsent. C'est forcément exagéré (et quand je parle d'abandonner un gamin dans le bus, ça n'est pas à
prendre au pied de la lettre).


Deuxièmement, ce n'est que ma deuxième année devant une classe. Les élèves de ma première année ont tous survécu. J'ai certes eu des défaillances sur certains points du programme, mais la
collègue qui a pris ma suite ne me parait pas catastrophée par ce que j'en ai fait, je n'ai à priori agravé aucun déficit (à part en anglais, mais bon, je n'ai pas demandé à être habilitée en
anglais, je suis plutôt hispanophone).


Et pour finir, les deux collègues qui se partageaient mes élèves actuels (deux classes de 20 élèves donc alors que j'ai actuellement 26 élèves) ne cessaient de s'en plaindre, déplorant autant le
comportement que le niveau scolaire, l'une d'elle se réjouissant de ne pas être inspectée cette année-là. Et avant elles, les collègues de CP qui sont du même avis  (entre 3 et 7 ans
d'ancienneté).


Quant à démissionner, j'y ai songé. J'ai aussi l'espace d'un instant hésité à freiner quand une voiture m'a coupé la route, me disant que ça serait plus simple. Et l'instant d'après je me
souviens des bons cotés. JB qui est si vive, GA qui s'accroche malgré ses difficultés avec la langue française, IB qui revient de loin et a comblé son retard, la fierté des gamins qui réussissent
leur première multiplication posée à deux chiffres...


Mais là, après un déménagement en pleine année scolaire, deux semaines de vacances passées à être malade, et l'annonce de mon inspection imminente, c'est pas franchement l'euphorie.



Zizanie 28/02/2011 19:58



Avant d'en arriver là, je partirai faire mon ermite au milieu de mes biquettes. Je ne tiendrai pas longtemps, comme éduc'. L'optimisme et l'abnégation, c'est pas pour moi.



Poulpy 28/02/2011 20:40



Pas bête. Gagnons du temps et partons tout de suite élever des chèvres dans la montagne très loin.



Zizanie 27/02/2011 22:56



Les parents des gamins, je les ai longtemps tenu pour responsables. Ils le sont, un peu. Surtout quand on lit les dossiers (c'était des gamins placés en maison d'enfants). Mais avec le recul, je
me dis que ces parents-là, ils sont pas aidés. Pour résumer, ils évoluent pas dans un milieu favorable, on leur a pas appris tout ce qui nous parait évident, etc.
Alors oui, ces parents sont maltraitants (parce que laisser regarder un film porno, c'est de la maltraitance), mais ils en ont pas conscience. Ils ont pas appris à faire autrement. Les parents
sont aussi en difficulté, on peut pas tout leur reprocher. C'est pour ça que, pour moi, l'éducation qui sauvera le monde.


Enfin pas tant qu'ils restreindront les budgets. Je suis effarée par la formation des instits, et par les moyens qu'on leur donne. Bosser avec des gamins, disons plus en difficulté que d'autres,
ça demande de l'expérience. Il faut savoir où on veut aller pour pouvoir mettre en place quelque chose. Ben non tiens, on va jeter les jeunes diplômés dans la fosse aux lions, il faudra bien
qu'ils s'en sortent. Et forcément, c'est les gamins qui en pâtissent. C'est criminel.


Si tu tiens le coup, dans quelques dizaines d'années tu pourras devenir une grande pédagogue. D'ici-là, j'espère que je serai devenue maitre du monde.



Poulpy 28/02/2011 19:14



Je serai peut-être aussi dans une petite pièce avec du tissu tout doux sur les murs pour pas se faire mal quand on s'y cogne la tête, avec une jolie chemise blanche qui s'attache par derrière, et
plein de jolis bonbons qui font rire...



Zizanie 27/02/2011 02:59



"Les enfants sont formidables !"


Je me souviens d'un stage où je maudissais les parents d'en avoir créé des monstres. Et puis j'ai fini par trouver des circonstances atténuantes aux parents. Même si leur part de responsabilité
reste importante.


Vu mon expérience du système scolaire, je me dis qu'il n'est définitivement pas adapté. Le système traditionnel en laisse beaucoup sur le bord de la route. Et surtout, les instits ne sont pas
assez armés. De moins en moins formés, d'ailleurs. La pédagogie, c'est pas inné. Et parfois, ça peut faire des miracles. Parfois.
Je crois dur comme fer à l'idée de sauver le monde en repensant l'école.


Courage !



Poulpy 27/02/2011 22:22



Tu trouves des circonstances atténuantes à des parents qui laissent un gamin de 8 ans tout seul à la maison pour garder ses petites soeurs, des jumelles de 4 ans, le père est parti au bled voir
la grand-mère hospitalisée, la mère a peur de perdre son emploi si elle s'absente encore. D'accord.


Mais le père qui sort que "Pfff je savais que j'aurais pas du venir les chercher, j'aurais du envoyer ma femme" quand le directeur le convoque pour tentative d'incendie des toilettes, j'ai un peu
plus de mal. Ou les parents qui te demandent l'air inquiet "Mais vous pensez vraiment que c'est mauvais de regarder un film porno avec son grand frère à 9 ans?". Non, c'est normal, d'ailleurs il
est vachement équilibré votre gamin, s'il traite les soeurs de ses camarades de putes, ça doit être une coincidence.


Non, la pédagogie c'est pas inné. Heureusement que les collègues me donnent quelques "trucs", pas des trucs magiques, juste des petits riens qui, mis bout à bout, font une petite différence. Et
puis nous balancer sans sommation dans des ZEP, même des gentilles, quand on est pas encore au point, c'est pas génial. Même si c'est la meilleure des formations sur le tas, j'ai peur de gâcher
quelques gamins au passage.