Des questions par centaines

Publié le par Poulpy

Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Qu’est-ce que je peux faire ? Reprendre, continuer dans la même voie et espérer que je vais apprendre à me protéger assez pour tenir la distance ? Faut-il continuer à me poser des questions ou au contraire les mettre de coté parce que c’est juste du triturage stérile de cerveau ?

Est-ce que j’en suis arrivée à faire ce boulot parce que c’est ce que j’ai toujours voulu ? Parce que je ne savais pas trop quoi faire d’autre ? Parce que c’était ce qu’on (mes parents, mes profs, la société, les petits hommes verts… ?) attendait de moi ? Parce que j’ai cru que c’était ce qu’on attendait de moi ? Comment faire la différence ? Est-ce que c’est important ?

Pourquoi est-ce que j’ai autant de mal à me projeter, à prendre du recul, à savoir ce que je veux être ou faire ?

Une seule chose est sûre, je ne peux pas reprendre ma classe pour l’instant. Surtout après avoir appris que j’ai été remplacée par une remplaçante ponctuelle pendant deux jours, sorte de bouche-trou quand un prof est absent sur une très courte période, puis par une PES, les nouveaux professeurs stagiaires, lâchés dans la fosse aux lions sans formation ou presque. Bien-sûr elle a été mise en difficulté, son conseiller-visiteur l’a retirée de la classe à la suite de sa visite d’observation.

La solution semble être de faire des remplacements jusqu’en juillet, c’est ce que m’a proposé l’inspection. Pour le moment je crois que c’est la meilleure solution. Financièrement et mentalement, je ne peux pas démissionner. Admettre que je vais dans la mauvaise direction depuis plus de …. pffff je sais même plus combien d’années. Si j’ai fait un DEUG de socio, c’était parce que je ne savais pas quoi faire après le bac. Puis la licence, pour passer des concours, le concours de prof des écoles, un peu par hasard, 4 tentatives.

Et je me pose encore la question, est-ce que je n’ai pas fait exprès de foirer les 3 premières pour me donner du temps, pour ne pas avoir à m’engager ? Et, là, est-ce que je ne suis pas en train de faire la même chose ? Me saboter parce que j’ai peur que tout devienne définitif ?

Parait que je ne suis pas obligée de continuer si je me rends compte que ce n’est pas ce que je veux vraiment, que je peux passer d’autres concours, que l’administration peut m’aider dans ma reconversion.

Mais je n’en sais rien. Je ne sais plus rien. J’ai juste des questions plein la tête et l’impression qu’on me demande d’y répondre tout de suite, que je dois décider tout de suite du reste de ma vie. En espérant pour que le boulot avec la psy avance à la vitesse de la lumière et que me vienne une illumination rapidement.

Publié dans Poulpy dans sa tête

Commenter cet article

Zizanie 21/06/2011 22:20



Hey, dis, je veux bien des nouvelles. Puisque tu mets pas ton blog à jour.



:0036: Prinprenelle :0091: 08/04/2011 20:23



Merci d'avoir publié dans la communauté
" Les nouvelles au fil des jours " .




margaux33 31/03/2011 22:00



prends ton temps pour réfléchir . essaye de mettre noir sur blanc ce que tu aime et ce que tu n'aime pas . bon courage



Poulpy 31/03/2011 22:40



J'ai déjà pu répondre à la question de ce que je veux faire après les vacances de printemps: tout sauf reprendre ma classe. Par contre pour l'an prochain, si je veux prendre un poste de
remplaçant pour voir un peu des trucs différents, le mouvement c'est jusqu'au 13 avril. Donc c'est maintenant que je décide de ce que je veux faire à la rentrée en septembre.



shaya 31/03/2011 15:20



Je sais, ce n'est pas facile d'expliquer qu'on n'est pas capable de décider de quoi que ce soit là tout de suite et qu'on se sent juste harcelé par ceux qui veulent "s'organiser".



Poulpy 31/03/2011 22:42



Et va expliquer ça à un système informatisé qui te force à choisir tout de suite (enfin, c'est ouvert jusqu'au 13 avril) ce que tu feras en septembre, alors que tu viens juste de commencer ton
travail de dépatouillage avec la psy.



shaya 31/03/2011 14:52



Il y a des choses trop importantes pour qu'on décide vite, prends le temps de démeler tout ça et de décider.


Tant pis si on te met la pression.



Poulpy 31/03/2011 15:17



Non mais là toute façon, la seule chose que j'ai pu décider clairement c'est "NON, je ne PEUX pas y retourner pour le moment! Je veux juste rester cloitrée chez moi et faire des trucs manuels
dépourvus de réflexion ou m'abrutir dans la lecture jusqu'à en avoir les yeux explosés (c'est l'ophtalmo qui va faire la gueule quand il verra que je recommence à diverger +++).


Ca fait 2 semaines que je suis chez moi à repasser tout ça en boucle, on me demande d'expliquer à l'administration ce que je souhaite faire à la rentrée des vacances (c'est juste après le lundi
de Paques) au plus tard vendredi prochain pour qu'ils s'organisent, ça arrive juste à me faire paniquer un peu plus.


Et une heure de psy par semaine, c'est pas assez pour démèler. Toute seule j'arrive juste à m'embrouiller un peu plus je crois.