4 classes pour 3 enseignantes depuis 15 jours...

Publié le par Poulpy

Et pendant ce temps à l’école, on s’arrache les cheveux… Depuis le retour de vacances, la directrice et accessoirement maitresse des petits est malade. Elle a passé ses vacances au lit et n’arrive pas à remonter la pente. Elle est venue le lundi, mais n’a pas tenu le choc, elle est donc en arrêt depuis le mardi. Pendant deux semaines, nous n’avons pas eu de remplaçant. Y’en a plus dans la circonscription et de toute façon, pour des petits, c’est pas vraiment la priorité. Voilà comment des gamins se retrouvent plus ou moins obligés de rester chez eux depuis 2 semaines. Enfin, ceux dont les parents en ont la possibilité, heureusement qu’on a pas mal de mères en congé parental pour le gnome suivant ou de grands-parents disponibles.

 

Ça nous en laisse quand même 10 sur les bras, les parents n’ont pas d’autre choix que de les laisser à l’école et qu’on case plus ou moins dans les 3 autres classes. J’ai donc eu le privilège d’accueillir pendant une matinée la petite L. et sa jumelle L. (entre les deux, y’a juste une voyelle qui change). Heureusement son ASV a pu l’empêcher de démolir ma classe et a géré la petite, moi je ne cours plus assez vite. Pendant ce temps, j’ai avancé et presque terminé mes masques pour le carnaval, délaissant un peu les autres ateliers pour pouvoir terminer à temps.

 

Sur ce, on apprend la grève de la cantine et des ATSEM pour le jeudi. Financièrement, pas possible de faire grève pour les 3 maitresses, mais on se sent capables de gérer (on l’avait déjà fait, mais avec la directrice en plus). On informe les parents, certains expliquent qu’ils doivent faire garder leur gnome à cause de la pause du midi (on doit les mettre à la porte à 11h30) ce qui nous allège un peu l’effectif. Pour moi, 20 moyens et 5 petits. Mais je récupère deux AVS, dont une « libre » (son gnome devait venir à l’école mais les parents ne l’ont pas amené, sans prévenir, elle n’a donc personne à s’occuper) et la journée se passe dans le calme, je suis même invitée à manger chez ma collègue des petits-moyens, qui ne voulait pas que je reste toute seule dans l’école avec un plat préparé.

 

Et pour le retour du week-end, mardi, on découvre que la directrice est ENFIN remplacée (après deux semaines, et sachant qu’elle est en arrêt encore deux semaines. Tous les parents sont prévenus le vendredi soir, ils sont tous là le mardi matin. Sauf que l’autre collègue, celle des grands, n’arrive pas le mardi matin, elle est malade et en arrêt toute la semaine. Pas remplacée. Hier on a donc réparti les 17 grands que les parents n’ont pas pu ramener chez eux. J’espère que certains auront trouvé une solution pour les caser jeudi et vendredi parce que c’est difficile de s’occuper de ses propres gnomes quand on doit empêcher 6/7 grands de hurler/courir/se frapper dans la classe (oui, la classe des grands est un peu « agitée » et on n’avait pas donné les pénibles à la remplaçante chez les petits). Et aussi parce que à la mairie, ils n’ont pas prévu que je puisse assoir 29 trolls dans ma classe, y’a pas assez de tables/chaises.

 

Et je commence à être un peu fatiguée de ce système. D’en être à me dire que je n’ai pas le droit de tomber malade sinon mes collègues devront supporter la charge de mes gnomes en plus. Ceci dit, je sais que je ne mettrai pas ma santé en danger, si je sens que je tire trop sur la corde, je saute direct dans le cabinet de ma généraliste. Je crois que j’en ai trop fait pendant les vacances et les week-ends, entre les voyages et les bagages, puis les cartons pour la chambre à transporter, j’ai encore du mal à me convaincre que je ne peux pas porter un bon vieux carton de meuble en kit comme avant même s’il pèse 12kg ou passe deux heures au supermarché et enchainer sur la visite d’une brocante et marcher à nouveau pendant 2h ½. Alors j’ai passé mon mercredi en mode larve sur le canapé pour emmagasiner de l’énergie pour demain. Et je me coucherai plus tôt (en même temps, à chaque changement d’heure dans ce sens, je fais une nuit presque blanche comme lundi soir, ça n’aide pas à être en forme).

Publié dans Poulpy à l'école

Commenter cet article